Economie de Communion - La culture du don

Cameroun, Douala: echange avec des entrepreneurs

Rapport de la 2ème journée des Journées Portes Ouvertes de l’EdC à Douala

par la Commission Edc Afrique Centrale

151121 22 Douala EdC 12 ridLes deux premières heures de la matinée de cette 2e journée ont été consacrées à la culture de communion dans la perspective du charisme de l’unite. Comme intervenants, nous avions : Steve Azeumo, Herve Nzeyimanaand William Fotso, tous membres de la commission EdC Afrique Centrale. Après avoir échangé le premier jour sur les différents défis en Afrique et comment y remédier, il s’agissait à présent de présenter aux participants, chacun à tour de rôle, sous le regard de l’EdC qui est expression du charisme de l’unité, la culture du don, l’hospitalité et la solidarité communautaire comme valeurs africaines ouvertes à l’universalité pour construire une fraternité universelle gage d’un développement durable.

Il est important de noter que les participants ont particulièrement admiré l’explication de la culture du don par l’exemple mathématique de la culture écologique ; c’est un exposé initial Prof. Luigino Bruni, coordonnateur international du projet EdC que Steve William Azeumo à su adapter au contexte africain.

151121 22 Douala EdC 17 ridAprès une pause de trente minutes, nous sommes entrés au cœur de l’entreprise car le développement durable ne saurait se construire sans des entreprises créatrices et distributrices de richesses de manière permanente ; des entreprises qui vivent les principes EdC. Deux questions fondamentales devaient trouver des réponses : comment gerer serieusement une entreprise ? comment mettre ensemble gouvernance et communion en entreprise ?

Comme intervenants, nous avions trois entrepreneurs EdC : Melanie Njonou,Leocadie Pougoue et Gilles Chindje, assisté par Martin Momha, un spécialiste de la Doctrine Sociale de l’Eglise. Chacun à tour de rôle, a pu démontrer à travers des échanges avec les participants et le partage des différentes expériences professionnelles et d’entrepreneurs EdC, l’importance et les fruits du vécu de la culture du don en entreprise. Par exemple, Gilles Chindje, jeune gérant d’un bureau d’étude de Génie-Civil a partagé les challenges auxquelles ils font face lui et ses 04 jeunes collaborateurs, en tant qu’entreprise EdC. Afin d’éviter les pièges du système capitaliste qui tend à l’exploitation des employés, il procède malgré les difficultés, à la revalorisation salariale des employés et leur formation à culture du don, en respect de la charte de l’entreprise dont tous les associés et employés ont d’un commun accord approuvé. Cette partie a été conclue par Max Mbock qui a su concilier les expériences de bonnes pratiques professionnelles et d’entrepreneurs EdC partagées, aux points de repères des entreprises EdC et méthodes de mise en place de la communion proposées par151121 22 Douala EdC 21 ridGiuseppe Argiolas, dans son ouvrage intitulé « Il valore dei valori. La governance nell’impresa socialmente orientata’’, paru aux éditions Città Nuova.

L’après midi de cette deuxième journée a été consacrée aux échanges de proximité entre les étudiants, et tous les entrepreneurs et professionnels présents. Il s’en est suivi un échange de contacts pour un soutien et un accompagnement réciproque dans la réalisation de ce projet de développement durable malgré les risques qu’une telle approche qu’est l’économie de communion porte en soi !

Les impressions des participants en grande majorité ont été très bonnes sur ces deux journées. On peut dire aujourd’hui sans risque de se tromper que cette nouvelle génération de leaders et managers qui étaient présents à ces journées portes ouvertes est en marche vers le développement durable.

Leave a Comment