L’entreprise Économie de Communion

L’économie de communion propose que l’entreprise soit conçue et organisée concrètement, non seulement pour fournir des produits et des services, mais aussi pour contribuer à la promotion intégrale et solidaire de l’homme et de la société dans laquelle elle évolue.

C’est pourquoi, ceux qui dirigent les entreprises, tout en cherchant dans le cadre de l’économie de marché à dégager des profits et une juste rémunération, désirent mettre les moyens de l’entreprise au service du respect de la dignité de la personne, celle des employés comme celle des partenaires économiques, clients, fournisseurs, concurrents…

Leur démarche est basée sur une vision qui donne la priorité à la personne humaine, avec un souci de cohérence : donner à quelqu’un au loin n’a pas de sens si on néglige les proches.

Entrepreneurs, salariés et entreprise

Les chefs d’entreprise qui adhèrent à l’Économie de Communion établissent leurs stratégies et leurs objectifs en appliquant les critères d’une gestion saine et en cherchant à y impliquer l’ensemble du personnel de l’entreprise.

Tout en prenant les décisions d’investissement avec discernement, ils ont le souci de créer de nouvelles activités génératrices de profits, et de nouveaux postes de travail.

Pour eux, ce qui est primordial dans l’entreprise, c’est la personne humaine, plus que le capital.

Les responsables au sein de l’entreprise essaient d’utiliser au mieux les capacités de chaque employé en favorisant la créativité, la prise de responsabilité et la participation à la réalisation des objectifs de l’entreprise, en prenant des dispositions particulières pour aider ceux qui traversent des périodes difficiles.

Rappelons que l’entreprise EdeC est gérée de manière à augmenter les bénéfices, destinés en 3 parts, de proportions libres bien sûr :

  • aux personnes dans le besoin, en commençant par ceux qui participent à « la culture du don » promue par le projet
  • pour la formation à cette culture du don
  • et pour financer l’investissement nécessaire pour l’entreprise.

Partenaires

L’entreprise met en œuvre tous les moyens possibles pour fournir des biens et des services utiles pour le consommateur, de qualité, et à un juste prix.

Le personnel de l’entreprise travaille de manière professionnelle pour établir et développer des relations vraies avec les clients, les fournisseurs et tout autre partenaire. Il est conscient de son utilité sociale.

Ils se comportent de manière loyale envers les concurrents. Pour présenter les produits ou les services de l’entreprise, ils en soulignent les qualités réelles, en s’abstenant de jeter le discrédit sur les produits ou les services concurrents.

Tout cela permet d’enrichir l’entreprise d’un capital immatériel constitué par les rapports d’estime et de confiance établis avec les responsables des entreprises fournisseurs ou clientes, ainsi qu’avec les différentes administrations publiques qui sont parties indispensables à un projet global d’économie de communion…   ce qui engendre in fine un développement économique durable.

Éthique

Le travail de l’entreprise doit entraîner pour tous les salariés un développement personnel et un enrichissement intérieur.

L’entreprise EdeC respecte les lois et se comporte sur le plan éthique de manière correcte vis-à-vis de l’administration fiscale, des organismes de contrôle, des syndicats et des organismes institutionnels.

Il en est de même vis-à-vis de ses propres salariés, desquels on attend la réciprocité.

En ce qui concerne la qualité de ses propres produits et services, l’entreprise ne s’en tient pas seulement au respect de ses obligations contractuelles. Elle cherche à évaluer les conséquences réelles de ses produits sur la santé et la sécurité des destinataires : elle cherche à assumer pleinement sa Responsabilité Sociale et Environnementale.

Qualité de vie

L’un des principaux objectifs des chefs d’entreprise de l’Économie de Communion et plus largement de tous les sympathisants et adhérents de l’EdeC, est celui de transformer l’entreprise en une véritable communauté de personnes.
Chacun est appelé à faire le point régulièrement avec ses collaborateurs et collègues directs afin de vérifier la qualité des relations interpersonnelles et mettre tout en oeuvre pour résoudre les situations difficiles.
Chacun est donc conscient que l’effort pour résoudre ces difficultés peut générer des effets positifs sur toutes les parties prenantes, internes et externes à l’entreprise, en stimulant les innovations ou en augmentant la maturité et la juste productivité de tous.

La santé et le bien-être de chaque membre du personnel d’une entreprise EdeC fait l’objet d’une attention spéciale, en particulier pour celui qui en a le plus besoin.

Les conditions de travail sont adaptées au type d’activité : respect des normes de sécurité, tolérance au bruit, éclairage adapté, etc… On cherche à éviter un horaire de travail “déséquilibrant”, et on veille à ce que personne ne soit surchargé ou stressé.

L’ambiance de travail est alors détendue et amicale parce qu’y règne le respect, la confiance et l’estime réciproque.

Cadre de travail

L’entreprise adopte des systèmes de gestion et des structures d’organisation qui encouragent le travail de groupe.
Elle recherche les dispositions matérielles qui procurent un environnement de travail agréable.

Elle fait en sorte que ses locaux soient le plus propre, le plus ordonné, et aménagé  le mieux possible, de sorte que dans une ambiance agréable, les salariés, les fournisseurs et les clients se sentent à l’aise et aient envie de diffuser ce style de vie.

Formation

L’entreprise cherche à développer entre les membres de son personnel une ambiance de soutien réciproque, de respect et de confiance : elle utilise les possibilités de formation qui y contribuent. Ainsi, il devient normal de proposer ses capacités, ses idées et ses compétences au bénéfice de l’épanouissement professionnel des collègues et pour le progrès de l’entreprise.

Le chef d’entreprise adoptera des critères de sélection du personnel et de programmation des plans de carrière pour les salariés qui favoriseront un tel climat.

Pour que chacun puisse atteindre les objectifs, tant dans l’intérêt de l’entreprise que pour son propre intérêt, les possibilités de formation continue seront largement utilisées.

Communication

L’entreprise qui adhère à l’Économie de Communion crée un climat d’ouverture et de communication entre dirigeants et salariés, entre les salariés, et avec les agents économiques externes ; climat qui favorise l’échange d’idées.

Elle est aussi ouverte à ceux qui, parce qu’ils en apprécient la valeur sociale, veulent contribuer à son développement. Il en est de même vis-à-vis de ceux qui sont intéressés par la culture du don, et ont le désir d’étudier les différents aspects de son expérience concrète.

Pour développer entre elles des relations tant sur le plan économique que pour la production, les entreprises et les salariés qui adhèrent à l’Économie de Communion participent aux rencontres qui leur sont proposées et utilisent les moyens les plus modernes de communication pour se relier entre elles, tant au niveau local qu’au niveau international. Dans ce sens, chacun se réjouit des succès des autres, cherche à faire fructifier les difficultés, les épreuves ou les échecs, dans un esprit de soutien réciproque et de solidarité.